Dessin et feutres a alcool

Par Eskhar Hygan (article) et Sparta (vidéo).

Alors que la colorisation numérique semble gagner toujours plus d’adeptes, pouvez-vous imaginer qu’une très grande part de nos mangakas vénérés préfèrent utiliser les feutres à alcool pour leurs illustrations, y compris celles qui orneront les jaquettes de leurs oeuvres ? Pour n’en citer que quelques-uns : Masashi Kishimoto (Naruto), Tite Kubo (Bleach), Takeshi Obata (Hikaru no Go), ou encore Yusuke Murata (Eyeshield 21), … … et bien, oui, vous pouvez ne pas en revenir, mais il est bel et bien possible d’obtenir de tels résultats avec des feutres… pas de simples feutres comme on en trouve en grande surface au moment de la rentrée scolaire, bien sûr, mais des feutres à alcool ! Sous cette domination se cache en fait un grand nombre de marques différentes, chacune proposant des feutres aux modalités spécifiques, avec un panel de teintes différent.

Principes communs à tous les feutres à alcool :

Comme leur nom l’indique, ce ne sont pas des feutres à eau ordinaires, lavables et tutti quanti… Il faut donc faire attention quand on les manipule (certaines marques, non disponible à la vente en France, sont à utiliser la fenêtre ouverte tant l’odeur donne la migraine !). Mais comme l’alcool sèche plus lentement que les feutres à eau traditionnels, ils ont l’avantage de permettre des aplats lisses, pour peu qu’on travaille vite (c’est pas magique non plus).

Le Papier : les feuilles de papier machine ne sont pas particulièrement adaptées… Le papier absorbe énormément avec un effet buvard, et l’encre traverse la feuille pour tâcher ce qu’il y a en dessous… Il existe du papier, dit « layout » au toucher plastifié, conçu exprès pour l’utilisation des feutres à alcool : comme il n’absorbe pas l’encre, le feutre ne sèche pas aussi vite et permet donc un travail des aplats. De plus, les couleurs auront un rendu très lumineux. Mais de ce fait, l’encrage est délicat sur ce type de papier, et les tâches sont vite faites si on ne s’impose pas un temps de séchage… A défaut, le papier bristol (un papier lisse épais satiné) fera parfaitement l’affaire et évitera ce problème (du papier lisse « satiné » à partir de 160g pour être sûr que le feutre à alcool ne traverse pas – ex : la ramette de 250 feuilles 160g clairefontaine à 5,80€) Le papier à grain fort, lui est à éviter sous peine d’abimer les pointes de vos feutres (sans parler de la pointe du stylo feutre que vous utiliserez pour encrer !)

Prenez la liberté d’expérimenter plusieurs types de papier, plus ou moins lisse, pour observer les différences de rendu . Exemples : à gauche un dessin réalisé sur papier bristol (on voit nettement la brillance des couleurs et des contrastes) et à droite un dessin réalisé sur papier sketch 90g Clairefontaine (ce papier qu’on trouve dans les blocs à esquisses : on remarque un rendu plus terne des couleurs, mais aussi plus velouté sur les teintes chair ou grises) . On peut ainsi obtenir des effets de texture particuliers en fonction du grain du papier.

Le Line : attention au feutre que vous utilisez pour faire votre dessin ! Le stylo à bille est à proscrire (il bave et déteint au violet, une vraie cata !), le crayon aussi (trainées grises), ainsi que toutes les encres qui risquent de se voir diluer par l’alcool contenue dans les feutres… Le mieux c’est encore de faire des tests, tant il existe de marqueurs différents pour faire vos lines, mais l’encre de chine (rotring, plume, staedler), l’encre aquarelle colorex (donc à la plume aussi) et les marqueurs waterproof (par exemple la marque « ArtLine » – il s’agit de « feutres architecte » qu’on trouve en papeterie pour environ 3€) résistent bien au passage du feutre à alcool.

Les Différentes Marques de Feutre à alcool

¤ Promarker

Le plus célèbre ! Pourquoi ? Parce que c’est aussi l’un des plus abordables
tarif : 2,90€ l’unité chez Rougier et Plé , 2,45€ l’unité sur « Géant des Beaux Arts »
– marque : Letraset – dispo en 147 teintes
double pointe : une pointe large biseautée, et une pointe fine dure
rechargeable : NON

comment se servir des promarkers

¤ Tria

Le grand nom du feutre à alcool, qui reste aujourd’hui encore le plus modulable et celui qui dispose du plus grand panel de teintes. Un feutre à trois pointes (Letraset en a fait une nouvelle version, mais il est encore possible de trouver les tria 1ère génération alors attention car les pointes sont différentes) rechargeable, soit par cartouches, soit par bouteille, dont on peut remplacer les pointes lorsqu’elles sont usagées. Pourtant ce feutre est fortement décrié à cause de ses bouchons qui ferment mal.

tarif : 3,95€ l’unité chez « Géant des Beaux Arts », 5,96€ chez Planetecouleur.com recharge cartouche : 4,50€ environ… difficile à trouver recharge bouteille : 9,55€ chez Planetecouleur.com
marque : Letraset
dispo en 294 teintes
tripointe : une pointe large biseauté, une pointe moyenne pinceau, une pointe fine dure 1ère génération : une pointe large biseauté, une pointe fine dure, une micro-pointe La micro-pointe est encore disponible pour les tria nouvelle génération, en tant qu’accessoire à acheter à part.
– rechargeable : oui par bouteille ou cartouche

Tria première génération

Feutres Prismacolor

¤ Très proches des Tria 1ère génération Il existe aussi les Prismacolor, mais quasiment introuvables en France donc je ne les passerai pas en détail.

¤ Copic

La marque copic offre une gamme très vaste de marqueurs, qui s’adresse à tous les types de public (Ciao pour les débutants, Regular pour les amateurs de haut niveau, Sketch pour les professionnels, wide pour les très grandes surfaces…). Modulables grâce à leur set de mines interchangeables (pas de micro-pointe par contre), ils sont tous rechargeables (mais demandent une certaine dextérité : il faut retirer la pointe grâce à une pince …)gamme de feutres a alcool copic

set de pointes copic

Set de pointes Copic : 5,45€ sur « Géant des Beaux Arts »

¤ Copic Original

Un peu difficile à prendre en main (c’est pourquoi il est destiné aux professionnels), il est connu pour la finesse de ses effets, et la vivacité de ses couleurs mais c’est aussi le plus cher ! Possibilité de remplacer les pointes usagées, ou d’acheter le corps du feutre vide (car les couleurs vendues en recharge sont miscibles entre elles pour obtenir des nuances à l’infini)

tarif : 6,24€ l’unité sur « Géant des Beaux Arts » recharge : 9,95€ sur « Géant des Beaux Arts »
marque : Copic – dispo en 214 teintes
double pointe : par défaut une pointe large biseautée, une pointe fine dure
rechargeable : OUI

¤ Copic Ciao

L’entrée de gamme de la marque copic, pour les débutants… La pointe pinceau a l’avantage de faciliter les grands applats unis. A noter que le copic ciao semble avoir tendance à produire une texture singulière, comme constellée, comparée au promarker (sur un même papier, bristol ici)… A voir si le papier layout permet d’éviter cet effet…

feutres a alcool copictarifMarqueur Copic Ciao 3.75 € à l’unité sur le Géant des Beaux Arts
marque : Copic – dispo en 144 teintes
double pointe : une pointe large biseautée, une pointe pinceau
rechargeable : OUI (le moins cher des rechargeables)

le set de pointes : 5,45€ sur « Géant des Beaux Arts »

¤ Touch

Il s’agit d’une marque récente, qui gagne en succès gràce à son tout petit prix, bien qu’elle ne soit pas encore très répandue en France. Ce feutre se décline sous 2 gammes : le Twin Marker avec ses 2 pointes : large biseautée et fine dure (comme le Promarker ou le copic original) et le Brush Marker avec ses 2 pointes : large biseauté et pinceau (comme le copic ciao).

tarif : 2,50€ l’unité sur Dalbe (Twin Marker)
marque : ShinHan
dispo en 162 teintes pour le Twin, 92 pour le Brush.
rechargeable : NON

Design noir pour le Twin Marker, design blanc pour le Brush Marker !

¤ Chartpak

Interdits à la vente en France (ce sont les fameux feutres qu’il faut utiliser en aérant bien), ils ne sont pas inodores contrairement aux autres, mais leur pointe est bien humide et le blender permet de diluer les couleurs entre elles (je ne les connais pas assez pour vous en dire plus…). Ils ne possèdent qu’une seule pointe, biseautée.

tarif : 3,35€ sur Schleiper.com
marque : AD marker
dispo en 131 teintes
une seule pointe biseautée
rechargeable : apparemment NON

 

 

Trouvez les feutres à alcool Posca, Copic et les feutres promarker letraset chez le géant des beaux artsRougier et Plé, chez Label-art ou chez Price Minister.

Cet article vous a été utile ? Partagez le à vos amis via Facebook