Ça y est. Vous avez passé des nuits blanches à vous questionner sur votre scénario (après un passage sur le forum de MSF– vous vous êtes bien fait déchirer sur ce coup, mais c’était pour votre bien), vous avez passé des heures à vous arracher les cheveux sur vos story-boards, vous avez souffert maints sévices pour en arriver à une planche potable. Oui mais, maintenant, vous trouvez que ça fait un peu vide. Après tout ce travail, vous savez plus ou moins ce que font les pro, mais vous n’avez jamais essayé, ou alors sans succès.
Bon, il va falloir remplir tout ça ! Plusieurs choix s’offrent à vous: les couleurs – digitales ou traditionnelles, les nuances de gris. Dans ces deux catégories, il existe tellement de techniques qu’il serait inutile de les citer. Ce tutoriel vous propose d’apprendre à utiliser des trames, même si vous n’y avez jamais touché.

Cependant, il est important, tout en poursuivant un apprentissage technique, de se pencher sur les principes de la tâche. C’est pourquoi nous essayerons également de donner quelques pistes quant à ce côté trop souvent laissé de côté dans les tutoriels que l’on peut trouver sur internet.

Il y a du pain sur la planche!

Les mangas sont réalisés en noir et blanc… Pourquoi ?

C’est vrai, les comics et les bandes dessinées franco belge sont pour la plupart réalisés en couleurs, par exemple, alors pourquoi pas les mangas ? Plusieurs facteurs entrent en compte.

Les mangas diffèrent complètement de la bande dessinée européenne, comme on peut s’en apercevoir, par leur type de narration, leur mise en page, leur rythme de lecture et leur format (tous ces paramètres sont étroitement liés). C’est au départ pour des raisons économiques que les mangas furent imprimés en noir et blanc, mais c’est aussi pour un souci de productivité élevée souhaitée par les éditeurs. En effet, les mangas se lisent vite (le rythme de lecture induit par la narration et la mise en page est extrêmement élevé par rapport aux bandes dessinées franco belges), et qui dit histoires trépidantes dit suspens et attente des lecteurs. Ainsi, les mangas sont publiés par chapitres dans des magazines de prépublication qui demandent un rythme de production très élevé, ce qui demandera parfois bien des concessions aux mangakas. Mais, même si le fait de produire un chapitre de 30 pages par semaine peut sembler impensable pour les Européens que nous sommes, ou si le fait de laisser des assistants toucher à nos dessins adorés nous répugne, il en est tout autrement au Japon. En effet, si ici nous accordons une attention particulière à l’esthétique de nos bandes dessinées (ce qui nous rapproche plus d’un Art Plastique), au Japon, la tendance est plutôt à lier texte et image et le plus important n’est au final que le récit en lui-même.

Bref, il est là un sujet très intéressant que l’on pourrait développer longtemps (les différents rapports au médium de la bande dessinée du côté des auteurs mais aussi des lecteurs de par le monde), mais il n’est pas là le sujet de notre article.

Les trames, c’est quoi ?

Mon ami Wikipédia me souffle:

 « une surface composée soit de points régulièrement espacés ou de lignes, d’épaisseur et d’espacements prédéfinis, qui ont pour effet de donner visuellement différentes valeurs de gris. »

 

Hein, mais c’est juste des points ? C’est moche, sur un dessin comme ça…

Case tirée du manga amateur Cupidon Boy

 

Ah mais… si on la réduit….

Case tirée du manga amateur Cupidon Boy

 

Bon d’accord, c’est plein de petits points qui font une sorte de gris. Bon. Mais à quoi ça sert?

 

Le but des trames

Ici, la trame donne un sens à la case, avec une ombre qui ne serait autrement pas apparente (Eskhar, L'Oeuf et l'enfant)

Les utilités des trames peuvent varier.

Prenez un dessin assez blanc, elles pourront combler le vide apparent.

À l’inverse, prenez un dessin – un décor, par exemple, très détaillé, avec beaucoup de personnages. Dur de s’y retrouver. Y ajouter des trames pourra aider à séparer les différents plans et ajouter de la profondeur, pourra guider l’œil dans les amas de traits.

Ajouter des ombres et des lumières. Séparer un personnage du reste de la case. Attirer l’attention sur une chose précise, ou donner des effets dynamiques.

Avant... Après ! (Akioh, Retro Futur)

Bref, voila autant d’utilisations des trames qui rajouteront de l’intérêt à votre page (mais il en existe une infinité !).

 

Les trames à la main ?

 

Deleter Tone Kit A - 13,9€ sur TVH Land

Si vous voulez utiliser les trames « à la main », il vous faudra vous procurer celles-ci dans des magasins de fournitures de dessin. Cependant, on n’en trouve pas partout, et la plupart du temps, elles sont vendues à un prix assez élevé, préparez vous à un petit investissement si vous comptez tramer plusieurs chapitres.

Vous pouvez en acheter sur la boutique en ligne de Junku ou encore sur TVH Land. Comme vous pouvez vous en apercevoir, les prix avoisinent les 12€ pour 4 feuilles entières de trames, soit 3€ la feuille environ (sans compter les frais de port).

Sommairement, on les utilise en les collant sur son dessin, puis en coupant l’excédant, ou en le gommant. Divers effets peuvent être donnés à ce moyen.

Avec des trames manuelles, vous aurez devant les yeux et directement le fruit de votre travail, mais attendez-vous à y dépenser de l’argent.

Les trames appliquées par ordinateur sont devenues une alternative régulièrement utilisées, dans l’intérêt de nos pauvres petites bourses.

 

Les trames à l’ordinateur ?

 

Il s’agit d’appliquer ces trames à l’aide d’un programme de retouche photo ou de dessin (tels que Photoshop, GIMP, ou encore Manga Studio).

Les avantages ? Tout d’abord, à condition d’être déjà en possession d’un ordinateur, vous n’investirez pas les sommes que demandent les trames à la main. D’autre part, vous pourrez assez bien revenir sur vos trames si vous n’en êtes pas satisfaits, et, à n’importe quel moment, en changer. Ce n’est pas très difficile d’utiliser ces trames informatiques.

Il vous faudra tout d’abord constituer une sorte de base de données, regroupant différentes trames, puis apprendre à les appliquer sur votre dessin. Les prochaines partie de ce tutoriel se donnent comme but de vous apprendre, de A à Z, comment techniquement appliquer vos trames sous différents logiciels, mais aussi et surtout les pistes à suivre quant à la manière d’utiliser celles-ci, avec parcimonie et intelligence, comme nous le verrons plus tard.

 

 

Alors, vous sentez-vous prêts ? Balance man, cadence man, trace la glace… En avant!

Rasta Rocket !