Bienvenue, Invité! Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Inscris-toi sur le Forum Manga sans Frontieres !

Publie ta bande dessinee
Participe aux concours et gagne des cadeaux
Accede au tchat de manga sans frontieres
Ouvre gratuitement un blog de manga sur Manga sans Frontieres
Participe aux livestream des membres

Auteur Sujet: Présentations de mangas.  (Lu 4058 fois)

Velraen

  • VIP
  • Membre Complet
  • *
  • Points de coopération: +13/-5
  • Messages: 165
  • La fin du monde...
Présentations de mangas.
« le: 14 février 2014, 01:26:07 am »
Voici trois présentations de manga, assez courtes. Elles sont faites pour faire découvrir un manga en quelques minutes, en donnant quelques raisons qui pourraient pousser quelqu'un à les lire.
J'avais peut-être pensé à mettre une sorte de notation avec des catégorie comme : univers, intrigue, personnages, qualité de la narration, ... je suis pas du tout sûr de vouloir mettre ça, je vois autant de défauts que de qualités : si quelqu'un a un avis sur ce sujet...

Je suis très hésitant quand au format en général donc toute remarque me serait d'une grande aide.

Narutaru

Titre anglais : Shadow Star.
Artiste : KITOH Mohiro.
Genres/Catégories : Seinen, Sci-fi, Tragédie, Mature.
Longueur : 12 Tomes.

Présentation :
Certains humains possèdent des Dragons, une partie d'eux même distincte de leur corps pouvant prendre des formes très variées. Shiina, une jeune fille de 12 ans, découvre son dragon alors qu'elle est sur le point de se noyer. Par la suite, elle rencontre d'autres personnes "liées" à des dragons, certains sont amicaux, mais d'autres profitent des capacités de leurs dragons pour assouvir leurs désirs destructeurs ou même pour tenter de s'emparer du monde et imposer leur loi.

Le Dragon de Shiina : http://www.mangareader.net/narutaru/1/44

Avis Personnel :
Bien que le graphisme, la trame et le personages  de l'histoire laissent penser à un shonen, c'est bien à un seinen qu'on a affaire. Derrière l'aspect simpliste de l'histoire et des personnages, se cachent toutes les mauvaises facettes de l'humanité (torture, viol, pédophilie etc.) mais aussi de bons sentiments (la générosité, la volonté de protéger, le sacrifice pour autrui, ...). On finit par ne plus savoir quoi penser des personnages car chacun a sa dose d’ambiguïté.

En se renseignant un peu sur l'auteur, on apprend que c'est un peu sa marque de fabrique, il a un point de vue particulièrement pessimiste. Il a vraiment un talent pour dessiner des situations particulièrement dérangeantes, choquantes, tout en les décrivant des fois d'une manière si normale que ça en est d'autant plus gênant.

Personnellement, j'ai généralement un point de vue plus positif sur l'humanité, même si je comprend bien qu'on puisse être aussi pessimiste, je trouve que son message perd de sa crédibilité avec une telle exagération des aspects négatifs de la vie. D'autant plus que cela le pousse de temps en temps à l'incohérence.

Au final, ça reste un très bon manga, très marquant... trop peut-être, que je déconseillerais aux personnes sensibles, ou pas très habitués à ce genre de Seinen... Pour ces personnes, je conseille Bokurano, du même auteur que Narutaru, qui est quand même plus soft (je ferais un post pour celui-là aussi).

En tout cas, ce manga est une très bonne "version seinen" d'un style de scénario "typé shonen" (Cad : l'enfant qui découvre un animal magique qui la protège). Je l'ai beaucoup apprécié même s'il m'a fait un peu perdre la foi en l'humanité pendant quelques jours...




Parasyte

Artiste : IWAAKI Hitoshi
Genres/Catégories : Seinen, Sci-fi, Mature, Horreur.
Longueur : 10 Tomes.

Présentation : Faudrait-il anéantir l'humanité pour sauver la Terre ? Une entité mystérieuse envoie sur Terre une nuée de petits parasites dans le but de la débarrasser du genre Humain. Ces créatures pénètrent le corps et ont la capacité d'en prendre le contrôle à condition d'atteindre le cerveau. Shinji, un lycéen banal, subit l'attaque de l'un d'entre eux mais réussit à stopper l'être dans son bras droit. Le monstre devient alors partie intégrante de son corps mais ne peut plus s'étendre jusqu'au cerveau : les deux n'ont plus le choix que de coopérer.

Shinji / Migi : http://i9.mangareader.net/parasyte/2/parasyte-1167834.jpg


Avis Personnel :

Ce manga a été publié entre 1990 et 1995, son dessin fait donc assez vieux et n'est pas très engageant, surtout qu'en plus Iwaaki a tendance à négliger les décors... On a donc des personnages qui, même si on les reconnais, ont parfois des têtes complètement différentes au début et à la fin du chapitre.
A part ça, on peut dire que l'auteur se penche sur des sujets de réflexions très variées comme l'instinct maternel, la sélection naturelle, la légitimité du pouvoir des Humains sur la Terre, ... Et tout ça est traité d'une manière original et assez inattendue.
La trame principale parait au départ assez basique : au début Shin(ji) se défend contre les parasites qui, à part Migi, sont tous des monstres assoiffés de sang et qui tuent souvent inutilement. Mais avec le temps, certains commencent par montrer une personnalité beaucoup plus profonde au fur et à mesure qu'ils comprennent le monde et font des expériences. On finit par se demander par moments qui sont les plus violents, les parasites où les humains ?
Quelque chose qui m'a vraiment marqué, c'est à quel point ces êtres sont proches des humains au final... ils peuvent faire énormément de dommages en quelques secondes mais restent des créatures faibles qui peuvent mourir en un instant.

Malgré son dessin qui peut gêner un peu et son côté gore un peu trop exagéré qui gâche un peu la qualité de la réflexion développée, Parasyte fait partie des meilleurs mangas que j'ai eu la chance de lire. C'est peut-être le seul manga que je connaisse où on voit un personnage secondaire changer de manière vraiment radicale sans que ça fasse artificiel...

Je vous avertis quand même, c'est pas un manga pour enfant... 'fin, je crois que c'était assez évident de toute façon...




All You Need Is Kill

Artiste : OBATA Takeshi / SAKURAZAKA Hiroshi / TAKEUCHI Ryousuke.
Genres/Catégories : Seinen, Sci-fi, Surnatural, Mecha, Horreur.
Longueur : 5 Chapitres... pour l'instant.

Présentation : Ce manga, tiré du light novel du même nom, suit le jeune soldat Keiji Kiriya lors de son premier jour sur le champ de bataille. Alors qu'il pense être tué au combat, il se réveille un jours avant sa "mort". Il est aussi surpris de voir que les événements de cet étrange rêve se répètent à l'identique dans la réalité... était-ce vraiment un simple rêve ?



Avis Personnel :
On peut se dire que se faire un avis sur les cinq premiers chapitres d'un manga peut être un peu trop hâtif, mais franchement, ce n'est pas pour rien que j'ai choisit de présenter ce manga : en un seul chapitre, j'ai été complètement captivé.

Commençons par le dessin. On reconnaît très facilement le style d'Obata, peut-être un peu trop pour le coup... on a l'impression de revoir des personnage de ses autres mangas par moments. Mais ça ne change rien au travail impressionnant du dessinateur : il arrive à donner à ses personnages des émotions très crédibles... dès le début, on ressent vraiment la douleur et la détresse que ressent Keiji alors que sa mort approche.
A part ça, je ne suis pas très emballé par les exosquelettes utilisés par les militaires. C'est vraiment très classique niveau design et ils n'apportent pas grand chose à l'histoire...
Le côté gore de ce manga est bien contrôlé : Obata dépeint bien la brutalité des combats, sans jamais tomber dans l'exagération et la surenchère, ce qui est remarquable, je trouve, compte tenu du nombre d'auteurs qui font ce genre d'erreur.

A cause du peu de chapitres sortis à l'heure actuelle, je ne vais pas trop m'étendre sur le scénario, mais passons... On commence avec un concept bien intéressant, un peu dans le style des romans de sci-fi (Par exemple, Le Monde du Fleuve et quelques autres..).
Le personnage principal me fait penser à Mashiro de Bakuman... pas uniquement par son physique : c'est aussi un gars qui n'a pas d'atout particuliers, qui paraît banal car n'ayant pas de qualité remarquable (de l'extérieur), sans vraiment avoir de défaut notable.

Voilà, c'était une présentation un peu courte, mais je pense que ce manga mérite vraiment qu'on s'y intéresse... si on aime la SF évidemment.

Je ferais peut-être une suite plus tard, quand la série aura avancé.




Ares

Artiste : Ryu Geum-Chul.
Genres/Catégories : Shonen/Seinen, Historique, Nekketsu.
Longueur : 26 Tomes.
Sens de lecture : Gauche à Droite.

Présentation : Ares est un épéiste errant assez naïf mais talentueux vivant dans l'antiquité, dans un pays qui semble correspondre à la Grèce. Afin de se trouver de quoi manger tous les jours il décide de s'engager dans une armée de mercenaires, les Mercenaires du Temple. Alors qu'il se rend à la forteresse des mercenaires, il rencontre un autre soldat errant taciturne du nom de Michael ainsi qu'un soldat maniant deux dagues liées nommé Baroona. Aux côtés des mercenaires, les trois amis affronterons des ennemis de plus en plus puissants au cours des nombreuses batailles épiques.

http://i8.mangareader.net/ares/77/ares-693492.jpg


Avis Personnel :

Ce qui marque le plus dans ce manga c'est, de manière évidente, son style graphique. En effet, l'auteur s'affranchit assez souvent des proportions humaines et, pour tout arranger, adopte un style graphique assez particulier. Comme pour pas mal d'auteurs Coréens, ses personnages sont en général très minces et élancés mais malgré ça, c'est loin d'être le style Coréen habituel (celui de Noblesse, The Gamer, etc.). Personnellement, ce style de dessin ne m'a pas du tout dérangé déjà parce que j'ai bien cette prise de risque, sans conter que le dessin est très bien maîtrisé, mais le principal atout de ce dessinateur selon moi est le dynamisme de ses planches. Certain pourraient pourtant ne pas trouver ce manhwa dynamique car il est difficile de revoir mentalement les combats tellement les mouvements paraissent irréalistes et défient les lois de la gravité. Ça dépend des gens, mais je vous rassure, tous ceux que je connais et qui l'ont lu n'ont eu aucun problème à s'adapter au style de l'auteur... au final c'est un style comme un autre.  Après avoir lu Ares, j'ai trouvé tout d'un coup que les mangas que je lisais avaient un dessin vraiment banal et standardisé...

Si le dessin est très bon et vraiment original, on ne peut pas dire de même pour le scénario. Ryu Geum-Chul l'explique lui-même, il ne connaissait presque rien au scénario quand il s'est lancé dans Ares et il avait d'abord cherché une collaboration avec un scénariste, sans succès. Certains pourront ainsi trouver que le héros n'évolue pas beaucoup au cours de l'histoire, que certains arcs se ressemblent et que les batailles sont répétitive... pour ce dernier point, considérez Ares comme un Pacific Rim du combat à l'arme blanche : un scénario un peu bateau qui est surtout là pour amener un bon nombre de batailles épiques et des combats dans tous les sens.
Ce manhwa est un nekketsu qui peut paraître assez classique si on lit le synopsis, mais il diffère de ce modèle en quelques points comme le fait que le héros ai déjà découvert sont talent avant le début de l'histoire. De même, Ares ressemble à Shonen de par ses personnages invincibles, son héros naïf etc. Cependant, l'auteur est aussi attaché à retranscrire l'horreur de la guerre. On alterne donc entre les combats épiques des héros et aux péripéties des simples soldats sur un champs de bataille, essayant de ne pas se faire piétiner, échapper aux représailles des ennemis après que sa troupe de soldat ait été anéantie...




Série 2 :
__________________________

Alive - The Final Evolution

Artiste : Tadashi Kawashima (scénariste) / Adachitokas (dessinatrices).
Genres/Catégories : Seinen, Horreur, Nekketsu, Aventure.
Longueur : 26 Tomes.
Sens de lecture : Droite à Gauche.

Présentation : Le monde est frappé par une grande vague de suicides inexplicables. Kanou Taisuke est un lycéen téméraire de 16 ans. Témoins d'un suicide, il est surpris de ressentir de la jalousie et non de l'horreur. Plus tard, son ami Hirose Yuichi est accusé du meurtre de plusieurs lycéens qui avaient l'habitude de le martyriser. Alors que Kanou essaye de persuader la police de le laisser parler à son ami, il rencontre un homme qui lui explique qu'il est un nouveau stade de l'évolution de l'Humanité, qu'il fait partie d'un groupe de "comrades" qui ont pour but de faire avancer le reste de l'Humanité vers son évolution finale : la mort.


Les "comrades" sont dotés d'une force inhumaine, de capacités de régénération rapides et surtout de pouvoirs surnaturels souvent destructeurs. Ces capacités sont censées les aider à "guider" l'Humanité sur la voie de la mort.
Taisuke, qui ne se sent pas d'exterminer l'Humanité refuse de les suivre. Cependant, lorsque Hirose kidnappe leur amie d'enfance commune, Ochiai Megumi, et rejoins les "comrades", il décide de les poursuivre pour ramener son ami à la raison et si possible, empêcher les psychopathes d'atteindre leur but...



Les Auteurs :

Les dessinatrices se surnomment Adachitokas, pseudonyme composé de leur deux noms : Adachi (personnages) et Tokashiki (décors), vous les connaissez peut-être déjà pour leur deuxième série, à savoir, Noragami. Au début du manga, on sent vraiment que c'est leur premier manga, surtout pour Adachi, même si ça reste correct. Fort heureusement elles s'améliorent très rapidement par la suite.
Le dessin d'Adachi est à un niveau de réalisme proche de Takeshi Obata (dans Death Note) mais avec un style assez particulier qui s'affirme plus avec le temps. Pour les décors de Tokashiji, c'est du réalisme dans l'ensemble même si elle aime bien alterner entre très détaillé et épuré. Concernant les combats, ils sont d'une lisibilité exemplaire (le premier moins que les autres mais ça reste très correct).
Le character design va du très classique au très original, avec une vraiment bonne diversité, on sent qu'il y a un bon travail derrière presque chaque personnage..
Adachi arrive à bien retransmettre les émotions des personnages et elle ne se cantonne pas aux expressions caricaturales habituelles.

Côté scénario, Kawashima fait du très bon travail même si on met un certain temps avant de comprendre certaines motivations des personnages. Le personnage principal peut paraître simple et assez classique, il semble se comporter comme un héros de nekketsu banal mais ce n'est pas tout à fait le cas.. Kawashima a aussi su créer un bon nombre de personnage secondaires vraiment intéressants et prend le temps de les développer. Certains finissent même par évoluer petit à petit et j'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à découvrir leurs pensées et réflexions sur l'intrigue.
Il arrive d'ailleurs souvent que le personnage principal soit développé par l'intermédiaire des personnages secondaires.
Un autre point fort du scénariste est qu'il arrive à rendre le comportement de ses personnage très réalistes et cohérents avec leur âge, situation sociale et familiale. On a assez peu de personnages caricaturaux et ils tombent rarement dans le cliché (y'a peut-être un ou deux personnages comme ça).
Sinon, les dialogues sont bien réussis et contribuent aussi à la crédibilité des personnages... après bon ça doit dépendre de la traduction... (la traduction française faite par l'éditeur est pas fameuse... mais ça va)

Venons-en aux pouvoirs maintenant : en lisant le pitch plus haut, vous avez du vous faire la réflexion "Encore une histoire à base de pouvoirs élémentaire"... et vous n'aviez pas complètement tors : même si c'est pas que des pouvoirs élémentaires, on retrouve quand même le héros qui maîtrise le "feu" (c'est plus subtil que ça mais bon...), une fille qui maîtrise la glace, un gars le vent... d'autres pouvoirs sont plus originaux mais vous avez compris l'idée...
Cependant, Alive se caractérise par un faible nombre de combat à proprement parler... et la fréquence d'utilisation des pouvoirs varie grandement entre chaque individu : par exemple, notre héros ne fera quasiment jamais appel au sien.

Mais plus que les combats, ce manga ce concentre plus sur une réflexion sur la mort (eh ouais, s'pas pour rien que j'en parle autant dans le pitch). En effet, parmi les différents thèmes abordés on retrouve le suicide évidemment, mais aussi le deuil, le sacrifice, les raisons qui poussent quelqu'un à vouloir la mort de quelqu'un, ou la sienne, le sens de la mort et on va même jusqu'à parler de l'immortalité.
Chaque personnage secondaire développe un thème particulier, lié à la mort ou pas... par exemple l'éthique scientifique, la vengeance, l'art, la famille ou encore l'instinct maternel...

Un autre bon point au niveau scénario, c'est qu'on a le droit à des personnages féminins avec un rôle important et du caractère... même celle qui paraît en avoir le moins finit quand même par gagner en importance et en profondeur.

Pour finir, il faut savoir que Tadashi Kawashima était atteint d'un cancer du foie pendant la publication et a terminé les derniers chapitres sur son lit de mort. Il est mort 6 mois plus tard à 41 ans. Cela explique probablement le thème principal de la série...


Conclusion :

Vous avez déjà dû le remarquer, c'est assez dur de parler de ce manga (sans spoiler) et donc j'ai beau le considérer comme un des deux ou trois meilleurs mangas que je connaisse, j'ai vraiment du mal à expliquer pourquoi...
Pour cette raison, si ma description ne vous a pas convaincu... faites-moi confiance, ça vaut le coup ^^'



« Modifié: 27 juillet 2016, 05:54:06 pm par Blackstrength »
IP archivée
  • Partenaires

  • bot
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #1 le: 14 février 2014, 02:44:34 am »

Akinarri

  • Modérateur
  • Membre Dieu
  • *******
  • Points de coopération: +13/-2
  • Messages: 2.237
    • WWW
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #1 le: 14 février 2014, 02:44:34 am »
Pas mal pas mal ce petit cocktail, je note tout ça pour lire, c'est très intéressant ! ^^

Essaie de varier un peu les styles de manga parce que là on a trois seinen tragiques ou horrifique. N'hesite pas à changer un peu les genres !
IP archivée
Vous devez vous inscrire sur le forum pour visualiser le contenu de ce spoiler.
Vous devez vous inscrire sur le forum pour visualiser le contenu de ce spoiler.

Velraen

  • VIP
  • Membre Complet
  • *
  • Points de coopération: +13/-5
  • Messages: 165
  • La fin du monde...
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #2 le: 23 février 2014, 05:04:59 pm »
Bon, ça passionne pas vraiment les foules, mais bon, j'ai eu plus de retours ici que nul part ailleurs donc je continue x]
Présentation du Manhwa (Coréen) de Ryu Geum-Chul : Ares.

EDIT: Vu qu'il y a plus la place de continuer dans le premier post, je poste dans les suivants :

Feng Shen Ji

Artiste : Zheng Jian He (scénariste) / Cheng Kin Wo, Tang Chi Fai (dessinateurs).
Genres/Catégories : Nekketsu, High fantasy (inspiration mythologie chinoise), tragique.
Longueur : 3 Saisons, 182 chapitres.
Sens de lecture : Gauche à droite.

Présentation :
Depuis plus de cent mille ans, les Dieux dominent les Humains. Ils leur ont tout appris : technologie, langage, agriculture... Mais les Humains ne sont plus les simples primates qu'ils étaient auparavant, ils ne supportent plus l'oppression des Dieux, leur arrogance et leurs requêtes de plus en plus éprouvantes voire cruelles.

Ainsi, dans le grand empire Humain de Zhang, prospérant grâce à a faveur des Dieux gagnée au prix de la servitude, un roi décide un jour de refuser d'obéir aux ordres divins et défie ses maîtres. Afin de faire un exemple, ceux-ci incitent le royaume voisin à lance une vaste offensive contre l'empire Zhang. Grâce au support des Dieux, ils en assiègent rapidement la capitale.

Le prince de Zhang, Wu Geng, ne comprend pas pourquoi son père est prêt à risquer sa vie, et celle de ses proches, pour défendre les plus pauvres et les esclaves qui souffraient le plus de l'oppression des Dieux et, vu le soulèvement de ces derniers contre la décision du monarque, semblent préférer rester dans la servitude que de risquer une rétribution divine.
Contrairement à son père, Wu Geng est déterminé à survivre à tout prix...


Le dessin :

Avec une technique qui n'a rien à envier à Berserk et une colorisation (presque) intégrale des planches de très bonne qualité, l'aspect graphique de Feng Shen Ji est un de ses principaux avantages. Mais il faut quand même noter qu'étant une œuvre chinoise, les dessinateurs ont tendance à surcharger les pages de détails (un peu comme les derniers tomes de Berserk) ce qui peut parfois faire perdre de l'impact à des scènes qui auraient gagnée à avoir plus d'aplats et de contrastes bien marqués ("à la japonaise"). D'un autre côté, ça nous permet d'apprécier la surabondance de détails de l'art traditionnel chinois et des scènes de combat vraiment grandioses.
De la même manière, on retrouve un nombre de cases par pages beaucoup plus élevé qu'en manga japonais, quelque chose comme 8 en moyenne, ce qui peut poser parfois des problèmes pour bien suivre le déroulement des actions (surtout quand les auteurs prennent des libertés dans le sens de lecture !).

Scénario / Écriture :

Feng Shen Ji est écrit comme s'il s'agissait d'une légende contée par un narrateur : on a donc beaucoup de passages en "voix off" qui, s'ils sont souvent assez redondant avec l'action et les dialogues, donnent souvent un ressenti encore plus épique... mais c'est dit : il y a vraiment beaucoup de texte.
Même si la trame, organisée en trois arcs, reste exclusivement centrée sur le personnage  principal, Feng Shen Ji développe un grand nombre de personnages qui se regroupent par factions. Ça rappelle pas mal Bleach, à la différence qu'ici, chaque personnage (ou en tout cas une majorité) aura un développement qui lui est propre... même si, au final, ça manque de personnages vraiment ambigus quant à leur allégeance (y'en a un seul - deux si on est généreux). Par contre, on a le droit à beaucoup de conflits internes, ce qui donne aux factions beaucoup plus de profondeurs que leurs simple opposition en elles.
Que ce soit le héros, ses allié ou ses opposants, on a toujours le droit à des pouvoirs toujours plus badass les uns que les autres mais au final on sent pas trop de power creep (même si y'en a un peu).

Ce manhua est centré sur le combat et l'aventure, mais il se pose de temps en temps pour parler d'esclavage, de racisme etc.. mais on retrouve surtout des références à l'histoire de la Chine moderne : le combat contre les dieux faisant écho à la révolution communiste par exemple (ce qui est assez gênant parce que ça place le héros dans le rôle de Mao...). Et puis évidemment on retrouve beaucoup d'aspects de la mythologie chinoise (mais vu que je la connais pas très bien je vais pas trop pouvoir approfondir ce sujet..)
Le thème de la religion, de manière assez surprenante, n'est presque pas abordé : la vision chinoise des dieux étant très différente de celle des religions monothéistes et, dans ce cas, ne donnant pas beaucoup d'importance au culte qui leur est consacré : tant que tu obéis aux dieux ils te défoncent pas la gueule, c'est pas très différent d'un régime dictatorial.
Ce qui m'a le plus marqué c'est la gestion de l'univers : les Dieux ne sont pas omniscient, ils ignorent beaucoup de choses et du coup, pareil pour le reste des factions. On a donc un univers très ouvert qui va être peu à peu exploré par les personnages et où "tout" est possible, "rien" n'est vraiment gravé dans le marbre... heureusement, l'auteur réussit à garder de la cohérence et on a pas trop de Deus Ex Machina à cause de ça malgré tout.

En plus de tout ça, on a droit à des antagonistes principaux parmi les plus badass que j'ai connu et donc chacune des apparitions donne une impression de boss final..
Ils amènent à une fin vraiment satisfaisante qui conclue la plupart des histoire secondaires qui avaient été lancées et ne gâche pas les thèmes évoqués tout au long de l'aventure... Et ça c'est cool (bon, à l'exception d'un petit Deus Ex Machina malvenu)

Conclusion :

Feng Shen Ji c'est un bon mélange entre Bleach et Berserk avec des dessins splendides entièrement colorisés et plein de persos bien développés.. tout ça dans un univers très complet inspiré de la mythologie chinoise qui évolue avec l'intrigue. Et en plus la fin est bien...
Si le surplus de texte ne vous fait pas peur, je ne peux que vous conseiller d'aller le lire.


___________________


Gosu

Artiste : Ryu Ki-woon (scénariste) / Moon Jung-hoo (dessinateur).
Genres/Catégories : Arts Martiaux, Comédie, Action, Surnaturel, Historique.
Longueur : 75 chapitres (En cours...).
Sens de lecture : Gauche à droite.

Présentation :
Le maître suprême du monde des arts martiaux, Dogko Ryong, le "Destructeur Céleste", fut un jour trahi par ses plus proches hommes de main, profitant de son âge avancé pour tenter de l'éliminer. Ainsi forcé à l'exil, il se réfugia dans une grotte où il prit comme disciple un jeune homme (son fils ?), Gang Ryong, à qui il enseigna tous ses secrets. Dans l'espoir qu'il pourrait un jour venger son maître, restaurer la secte du "Destructeur Céleste" et son empire.

A la mort de son maître, Gang Ryong se lance dans sa quête vengeresse... pour s'apercevoir qu'entre temps, les traîtres s'étaient déjà tous entre-tués. Que faire maintenant que sa quête n'a plus raison d'être ?

Le dessin :

Le dessin est le principal atout de ce manhwa : le dessinateur n'est pas radin en détails, décors et paysages. Qui plus est, le tout est entièrement colorisé, très bien colorisé.
Le style est très stylisé avec beaucoup de travail sur les aplats de couleur, avec une forte emphase sur les détails dans les combats qui rend vraiment bien la puissance des techniques de combats. Un peu comme dans One-Punch Man en un sens, sans le trait ultra-réaliste. Ce n'est d'ailleurs pas la seule ressemblance avec le manga car Moon Jung-hoo s'amuse aussi à faire des passages de type "image par image".
Sinon, le trait en lui même transpire la maîtrise technique malgré qu'il soit fortement stylisé la plupart du temps. ça en fait un bon exercice de copie d'ailleurs : les traits sont simples à identifier mais permettent vraiment de bien saisir les volumes.

Scénario / Écriture :

Le scénario est un peu le point faible de ce manhwa. On suit le héros dans une succession d'arcs courts avec en général un "boss" à chaque fois.
Le personnage principal est un classique "protagoniste surpuissant" comme c'est très à la mode en Corée en ce moment. Un peu comme Saitama... mais la comparaison avec One-Punch Man s'arrête là : ici, le héros ne progresse juste pas du tout. Il conserve toujours les mêmes relations sociales. Par contre, Gang Ryong n'étant pas aussi "surpuissant" que Saitama, on a un peu plus souvent l'impression qu'il pourrait échouer, ne pas réussir à sauver quelqu'un etc.
Le côté humoristique peut un peu rattraper l'histoire, si on adhère au délire. Y'a pas mal de situation dramatiques désamorcées bien réussies mais ça reste encore une fois loin de OPM.

Récemment, les arcs sont plus long et l'auteur semble vouloir lancer le personnage dans une aventure assez longue (ce à quoi il est plus habitué selon ses œuvres précédentes), du coup qui sait ? il pourrait peut-être se rattraper...

Le meilleur aspect du scénario est l'univers : on a des organisations secrètes, des histoires d'esprits, de fantômes et des grands maîtres légendaires à tous les coins de rue, dans une Corée médiévale magnifique (encore une fois les dessins sont géniaux). Avec des techniques de combats bien badass. C'est surtout pour découvrir tout ça qu'on suit l'histoire.

Conclusion :

Malgré le ressentit de sous-One-Punch Man, Gosu se rattrape par son dessin et son univers. C'est encore une histoire de protagoniste surpuissant comme les coréens l'ont toujours adoré (cf: Ares, Noblesse, etc.) qui se distingue par son style de dessin que je trouve particulièrement réussi graphiquement et intéressant au niveau technique.
Si vous n'êtes pas lassés de l'aspect "overpowered" de OPM (ou des autres manhwas qui reprennent ce trope), je pense que Gosu pourra vraiment vous plaire.


___________________


Gunka No Baltzar

Artiste : Nakajima Michitsune.
Genres/Catégories : Historique, Guerre, Géopolitique.
Longueur : 43 chapitres (en cours...).
Sens de lecture : Droite à gauche.

Présentation :
Baltzar Bernd est un jeune officier de l'Empire Weiben. Fin stratège, il s'est brillamment illustré au combat lors de sa dernière campagne militaire contre un pays voisin. A son retour, alors qu'il s'attendait à être renvoyé mener les forces de Weiben à la victoire à nouveau, on le charge de devenir instructeur dans l'académie militaire d'un pays voisin, le Royaume de Baselland.
Or Baselland, contrairement à Weiben, n'est pas un pays fortement industrialisé et militarisé. Habitués à rester neutre et bien attaché à leurs traditions, ils ne disposent que d'équipements obsolètes et des stratégies militaires dépassées. Bien décidé à réformer l'académie, le Major Bernd se voit forcé de s'opposer à l'élite qui se méfie autant de lui que de ceux qui l'ont envoyé.
Car sa présence dans ce royaume à la croisée des deux grandes puissances rivales du continent Weiben et Eizreich n'est pas anodine et dénote de l'intérêt d'autant plus inquiétant pour les dirigeants de Baseland qu'ils ne disposent d'une force armée suffisante pour prévenir une invasion de l'un ou l'autre des pays frontaliers.
Ainsi, l'instructeur Bernd devra bien malgré lui tenter de défendre les intérêts de sa patrie, mais aussi celui de ses élèves auxquels il finit par s'attacher et qui se retrouvent projetés au cœur d'un conflit international qui les dépasse.
Il sera bien forcé de s'impliquer toujours plus alors qu'un vieil ami, devenu ennemi, semble tirer les ficelles qui mènent à un affrontement d'une échelle sans précédent...

Le dessin :

On retrouve dans le dessin de Nakajima à peu près le même équilibre entre réalisme et dessin stylisé, avec une emphase sur les détails historiques qui définissent le cadre historique du manga. L'auteur propose une très grande variété de personnages avec d'extrêmement bons charadesigns. Même les personnages les plus secondaires reçoivent beaucoup de soin, et donnent presque tous des impressions variées.
De l'ouvrier d'usine au monarque. Du soldat d'infanterie au grand général des armées. On peut toujours déterminer les différences hiérarchiques, la situation sociales ou émotionnelle des personnages. Ce qui s'avère très important étant donné que c'est un thème central de l'histoire.
Pour couronner le tout, les expressions faciales sont travaillées avec attention et on peut déterminer d'un coup d'oeil quel degré d'excitation, de surprise, de dégoût, de peur que les personnages peuvent ressentir.
Le style est assez classique mais c'est largement compensé par le niveau de maîtrise du dessin et la qualité du design des personnages.

Scénario / Écriture :

L'auteur s'appuie sur sa maitrise du dessin et du charadesign pour faire vivre une grande quantité de personnages. Mais heureusement on peut les regrouper dans des "factions" un peu plus facile à retenir : "Royauté de Weiben", "Militaires de Weiben", "Royauté de Baselland", "Elèves de l'Académie de Baselland", etc.
L'histoire se passe dans un équivalent de notre milieu/fin du XIXe siècle, sur un continent fictif mais dont la nomenclature et les cultures rappellent les différents pays germaniques qui existaient avant l'unification en un état unique (l'Allemagne). Et Nakajima semble avoir fait beaucoup de recherche pour être fidèle à cette époque et éviter les anachronisme. Et encore une fois le dessin joue un grand rôle dans cette retranscription historique.
Ainsi, on est témoins au cours de l'histoire des diverses avancées technologiques du moment, et chose très intéressante : le personnage principal devient un acteur majeur de ces changements (ont apprend par exemple qu'il a déjà par le passé théorisé la fin de la cavalerie face aux nouvelles armes à feu).

L'intrigue est assez complexe, avec de nombreuses factions aux objectifs parfois très ambigus, mais l'action suivant plutôt les individus avec un point de vue assez resserré sur les individus, on arrive à quand même bien suivre malgré tout.
Et comme toute bonne intrigue de manga de guerre/géopolitique, on a des magouilles politiques, des espions, des complots, des conflits d'intérêts de partout. Avec un certain nombres de retournements de situation spectaculaires... mais pas tant que ça au final, ce qui pourra en décevoir certains.

L'auteur aborde une grande variété de thèmes. Les jeux de pouvoirs et d'influence évidemment. Mais dans le développement des personnages on retrouve une réflexion sur le patriotisme, l'obéissance à la hiérarchie, la loyauté, la responsabilité des officiers sur les soldats qu'ils commandent, l'acceptation du progrès technologique, le danger du progrès technologique... et bien sûr des réflexions politiques comme les luttes républicaines contre la monarchie ou les renversement de gouvernements.
Tout ça se cristallisant autours du personnage principal qui se retrouve pile au centre de tous les intérêts de chacune des factions. Sollicité de toutes part, il passe de dilemme en dilemme et c'est particulièrement bien réussi : l'auteur réussit à le faire agir de manière naturelle qu'il prenne les bonnes ou les mauvaises décisions. Presque aucun choix bon, ou mauvais qu'il fait ne donne pas l'impression qu'il est complètement à côté de la plaque ou qu'il doit son inspiration à un vieux Deus Ex Machina.
L'auteur place tellement d'information autant dans ses personnages que dans le contexte, qu'il y a toujours suffisamment d'éléments fournis pour bien comprendre les motifs qui font agir les personnages...
Cependant, Nakajima réussit à garder une bonne part de mystère malgré tout. Et c'est surtout dans le rival (antagoniste ?) du héros qu'on le retrouve. Il repose complètement sur le principe du "dissimulé en pleine lumière" que malgré le fait qu'on en apprend toujours un peu plus sur lui, ses motivations restent assez énigmatiques. Il trempe dans tellement d'affaires en même temps que c'est difficile de savoir pour quel motif il les organise à chaque fois.

Conclusion :

Au final, Gunka no Baltzar c'est un très bon exemple d'équilibre entre fiction et hommage historique. Avec un dessin parfaitement maîtrisé et des personnages très intéressant. Tout ça dans une intrigue géopolitique assez captivante et qui amène à de nombreuses réflexions particulièrement bien traitées sur tous les aspects de la guerre et des conflits politiques.
Et puis si vous êtes des fans de charges de cavaleries, de combat à la baïonnette et de régiment de canonniers, vous serez servis ^^
« Modifié: 28 mai 2017, 01:33:59 am par Velraen »
IP archivée

ADMIN

  • Administrator
  • Membre Héroique
  • *****
  • Points de coopération: +15/-1
  • Messages: 1.161
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #3 le: 25 février 2014, 04:56:56 am »
On peut en faire une série du genre "A la recherche des Mangas oubliés" comme Sparta nous faisait à une époque. C'est vrai que ça passionnait pas les foules mais bon ... c'est le thread off entre popularité et truc confidentiel.
Pas la peine de faire un sujet comme ça sur une oeuvre populaire puisque tout le monde la connait, et si tu fait ça sur des séries dont personne n'a jamais entendu parler c'est sur que ça n'attirera pas grand monde.

L'idéal c'est de trouver un compromis, des séries pas trop populaires qui sont en train de monter.
En tout cas bonne idée.

CocoPP

  • Membre Senior
  • *****
  • Points de coopération: +1/-0
  • Messages: 938
  • Le Matin c'est soupe à la tomate basilic
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #4 le: 26 février 2014, 06:47:04 pm »
Je note je note, merci

Velraen

  • VIP
  • Membre Complet
  • *
  • Points de coopération: +13/-5
  • Messages: 165
  • La fin du monde...
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #5 le: 26 février 2014, 07:22:23 pm »

Voilà, j'avais l'intention d'alterner entre mangas peu connus, et mangas un peu plus connus...

Par exemple, il y a des mangas qui restent inconnus du grand public, mais ont une bonne communauté assez large.
Et comme l'a dit Sparta, il faut aussi que j'ajoute du visuel aussi ^^"
IP archivée

Eisska

  • Modérateur
  • Membre Héroique
  • *******
  • Points de coopération: +37/-2
  • Messages: 1.621
    • WWW
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #6 le: 26 février 2014, 08:05:41 pm »
Sympa ta chronique.

Je me rappelle de NaruTaru qui a fait polémique en France, Glénat avait arrêté sa publication dès le 2e volume dans les années 2000, pour enfin le reprendre quelques années plus tard.

Parasite aussi me rappelle de bon souvenir, je le lisais à la Fnac.

Bonne continuation !

Velraen

  • VIP
  • Membre Complet
  • *
  • Points de coopération: +13/-5
  • Messages: 165
  • La fin du monde...
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #7 le: 26 février 2014, 11:45:01 pm »

Je pensais pas que Parasyte serait sortit en France et aurait été vendu à la Fnac... o.o

Pour Narutaru, c'est marrant, Glenat pensait publier un shonen au début... et puis ils ont dû le retirer parce que ça avait un peu choqué les plus jeunes. Maintenant c'est catégorisé Seinen : comme quoi le "public cible" n'est pas lié à la maison d'édition qui le publie (en France en tout cas).
IP archivée

Eisska

  • Modérateur
  • Membre Héroique
  • *******
  • Points de coopération: +37/-2
  • Messages: 1.621
    • WWW
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #8 le: 27 février 2014, 09:36:49 am »
Pour Parasyte, ce manga a été publié en 2002 chez Glénat sous le nom de Parasite (avec un "i").

Sinon je verrai bien aussi Eden de Endo Hiroki dans ta chronique. Un manga de SF d'anticipation et cyberpunk, réaliste et sans conscession tant au niveau de la violence, du sexe et de la thématique qu'il soulève, il y a aussi de l'humour et les personnages sont denses et attachants.
Je ne l'ai pas lu entièrement mais j'ai adoré le style de dessin très détaillé et réaliste, proche d'Otomo. Et pas mal de critiques le qualifiaient de chef-d'œuvre.

Et Dragon Head, un post-apocalyptique et suspense de Minetaro Mochizuki dont l'ambiance est particulièrement oppressante et bien retranscrite. A conseiller aussi.

Briocheu

  • Membre Senior
  • *****
  • Points de coopération: +23/-2
  • Messages: 595
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #9 le: 27 février 2014, 01:19:59 pm »
J'aurais bien mis Hoshin - L'Investiture des Dieux mais je pense qu'il est trop connu... (même si j'ai jamais croisé quelqu'un qui le connaissait  :'()
IP archivée

Velraen

  • VIP
  • Membre Complet
  • *
  • Points de coopération: +13/-5
  • Messages: 165
  • La fin du monde...
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #10 le: 27 février 2014, 08:07:07 pm »

Hoshin/Soul Hunter et Eden : It's an endless world, OK, je lirais ça ^^"

Pour Dragon Head, je l'ai lu mais je sais pas trop quand j'en parlerais...

Par contre, je sais pas si j'écrirais quoi que ce soit avant un certain temps : je dois "finir" un jeu pour dans 4 jours et après j'ai 2 semaines d'exam's en continu...
IP archivée

Akinarri

  • Modérateur
  • Membre Dieu
  • *******
  • Points de coopération: +13/-2
  • Messages: 2.237
    • WWW
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #11 le: 22 mars 2014, 11:15:43 pm »
Plop !

Premier article publié sur MSF : http://msf-fr.com/2014/03/22/presentation-de-mangas-1/
IP archivée
Vous devez vous inscrire sur le forum pour visualiser le contenu de ce spoiler.
Vous devez vous inscrire sur le forum pour visualiser le contenu de ce spoiler.

benruu971

  • Membre Complet
  • ****
  • Points de coopération: +42/-0
  • Messages: 165
  • Le manga c'est ma passion
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #12 le: 25 mars 2014, 03:04:43 pm »
c'est bien

CocoPP

  • Membre Senior
  • *****
  • Points de coopération: +1/-0
  • Messages: 938
  • Le Matin c'est soupe à la tomate basilic
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #13 le: 25 mars 2014, 10:17:15 pm »
Nice !!!

Miari

  • Membre Complet
  • ****
  • Points de coopération: +0/-0
  • Messages: 166
Re : Présentations de mangas.
« Réponse #14 le: 28 mai 2014, 11:52:11 pm »
J'aime beaucoup ce qu'a fait Takeshi Obata, donc quand j'ai vu qu'un nouveau manga illustré par lui était sorti, je suis naturellement allé voir...

Merci d'avoir fait cette petite présentation, c'est bien simple, je trouve ce manga super motivant !!! J'ai hâte de le voir sortir en France (édité par Kaze) et j'essayerai d'acheter les tomes !

En plus, avec le film (qui m'attire pas trop) il va être bien médiatisé, on peut imaginer une adaptation animée rapidement >w< (quoi, j'ai le droit de rêver !)

Et j'irai voir le reste aussi ! Moi, un manga que j'aime bien, c'est The Arms Peddler mais l'auteur est malade semble-t-il, alors si quelqu'un sait quand il est sensé revenir, je le remercierai beaucoup de me le dire T~T Enfin, s'il revient ! Ça a l'air sérieux, ses problèmes, ça m'inquiète, sincèrement... >///<
 

Manga amateur SMF 2.0.8 | SMF © 2011, Simple Machines