Bienvenue, Invité! Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Inscris-toi sur le Forum Manga sans Frontieres !

Publie ta bande dessinee
Participe aux concours et gagne des cadeaux
Accede au tchat de manga sans frontieres
Ouvre gratuitement un blog de manga sur Manga sans Frontieres
Participe aux livestream des membres

Auteur Sujet: Dome E-Nation  (Lu 1021 fois)

ChillingBull

  • Membre Junior
  • **
  • Points de coopération: +0/-0
  • Messages: 5
Dome E-Nation
« le: 27 décembre 2013, 01:01:12 am »
[M-A] Dome E-Nation

Yow! Je n’ai pas de talent de dessinateur et aucune connaissance du processus de création d’un manga, je propose ce scénario à tout mangaka intéressé par le projet…

Synopsis :

Désolé d’avance, mais ça va être un peux long pour un synopsis…

Il y a très longtemps, sur une planète fort semblable à la notre, où vivait une population aux caractéristiques identiques aux humains…

La civilisation avait connu ce qu’elle crut être ses derniers instants, les peuples de toutes nations confondues s’était levés les uns après les autres contres leurs élites corrompues dont la réponse fût une répression sanglante. Un clan oligarque, le plus influent alors, le clan  « Roshbill », usa de son influence pour durcir les répressions pratiqué par les gouvernements et armer les peuples insurgés. Cette manipulation lui permis de consolider son immense fortune et sa position dominante. Le résultat fût un conflit mondial titanesque, qui dura prés de 20 années…

La population mondiale, qui était d’environ 8 milliards d’individus avant le conflit est tombée entre 1,5 et 2 milliards et la presque majorité des terres, polluer et irradier, sont devenues stériles. De plus, des énormes nappes de nuages radioactive et toxique, appelé « Shini Kaze » (vents de la mort), apparaisse spontanément, principalement dans les zones les plus durement touchées lors des guerres( notamment par des attaques nucléaires et bactériologiques), causant la mort dans les minutes qui suivent s’ils sont respirés sans un masque adapté…  Le clan Roshbill, lança la construction de gigantesques dômes, de plusieurs kilomètres de diamètre, permettant de vivre à l’abri des gaz mortels (certaines zones sont en permanence sous le Shini Kaze), ces dômes ont était pensé comme des villes fourmilières. La majorité des survivants les rejoignirent immédiatement, cherchant la sécurité à tout prix mais certaines communautés religieuses, artisanes et guerrières refusèrent catégoriquement de se soumettre à nouveau aux Roshbill. Elles décidèrent de s’exiler dans les rares contrées ou l’air est respirable et les terres fertiles, afin d’y fonder des clans marginaux, les « Bufu » (guerrier/samouraï en japonais) …

Progressivement, en suivant les directives des Roshbill, leurs maîtres, les habitants des dômes se mirent à changer profondément. Sous les dômes les notions de moralité, de légalité, droit, devoir etc sont bannies. Toutes les drogues y sont distribuées en abondance, les plus bas instincts encouragés à l’extrême. Les bébés, dès leurs naissances reçoivent des dizaines d’injection de soupes biologiques et chimiques complexes et commencent à être habitué aux substances stupéfiantes. La nourriture qui y est produite artificiellement, faute de terres cultivables, contient nombres de substances actives et toxiques. Tous ces facteurs entraînèrent l’apparition de  caractéristiques singulières chez les habitants des dômes. Leurs peaux sont d’une pâleur extrême et leurs yeux rougis par une vie sous des lumières artificielles. Ils sont grands, squelettiques et sembles d’une manière générale très faibles. Mais le plus troublants est leurs comportements, ils ne semblent plus avoir ces capacités indissociables au genre humain que sont la morale, la réflexion, la conscience. Ils vivent tels des animaux ne cherchant qu’à assouvir leurs pulsions et obéissant à leurs maîtres par crainte qu’ils ne les nourrissent plus… Les clans vivant en dehors des dômes les appellent les « Yajuu » (animal sauvage / bête / monstre en japonais), ils sont les esclaves consentent des Roshbill…


Les dômes existent maintenant depuis 30 ans, Lahib et Hasis sont tout les deux orphelins et ont le même âge. Ils ont grandis comme des frères dans le clan Bufu des « Jamm » (paix en Wolof) dans une nation au climat tropical jusqu’à leurs 15 ans, où ils ont travaillé dans les plantations de cannabis destinés aux besoins du clan et au troc avec les Dômes. Jusqu’au jour ou le clan à subit l’attaque d’une troupe de Yajuu surarmés. Les Jamm combattirent bravement mais furent décimés rapidement en raison de leur sous-nombres et sous-équipement. Le but de cette attaque était d’enlever les enfants du clan afin d’en disposer dans les dômes et les chimbos (arènes de combat). Lahib et Hasis, d’une forte constitution qui se remarquait malgré leur jeune âge, furent emmenés dans un chimbo à des centaines de kilomètres de leurs terres, ou ils apprirent les arts du combat à mains nues, au sabre et au javelot et se battirent presque tous les soirs contre d’autres enfants aussi entraînés, pour divertir les foules avant les combats attendus. Il n’était pas rare qu’un enfant meure pendant les combats… Cela dura 5 ans, 5 ans de souffrance qui soudèrent encore plus leur fraternité… 

Un soir, Hasis surprit une conversation entre 2 responsables du chimbo qui planifiait un combat le lendemain entre lui et Lahib. Les frères prirent la décision de fuir le chimbo le soir même, mais se firent surprendre par une sentinelle armé et ne durent leur salut qu’a Saddaka (amitié/charité en arabe), un bélier d’une taille impressionnante (la taille d’un poney) et au caractère difficile pour lequel Lahib c’était pris d’affection, il allait souvent le voir à l’enclos pour lui donner de l’herbe. L’animal avait, une énième fois, sautés la barrière de son enclos et vagabonder gaiement dans le chimbo quand il vit son ami menacés par une arme. Il chargea aussitôt, imprima ses cornes dans les côtes de la sentinelle et la face de celle-ci dans le mur le plus proche. Ils réussirent ainsi à s’enfuir, Saddaka à leurs côtés. Hasis ayant entendu parler, par des voyageurs de passage au chimbo, d’une nation dans les montagnes, au nord-est, où le Shini Kaze ne frappe pas et où les Yajuu ne s’aventurent pas : « Al-Nour », ils décidèrent de s’y rendre…

Lors de leur première escale dans une petite ville, ils s’attireront les foudres d’une bande de mercenaire à la solde des Yajuu à cause du tempérament frondeur de Lahib, ils les neutraliseront finalement. Ils feront ainsi connaissance avec Guss, un enfant de 12 ans à la stature très impressionnante (2M10/150KG, plutôt bedonnant que musclé) et aux capacités intellectuelles ébahissantes, et Souk, une jeune fille de 18 ans aux attitudes sèches et d’une grande beauté. Tout deux c’était fait capturés par les mercenaires qui projetaient de les vendre aux Yajuu.

C’est ainsi qu’ils partiront à cinq (Saddaka inclus) en direction de Al-Nour…

Je m’arrête là pour pas faire un trop gros pavé directement, mais j’ai déjà bien en tête pas mal de péripéties jusqu’à Al-Nour, et encore après. N’hésitez pas à me demander toutes les précisions qu’il vous faut.

Note D'Intention :


-   Comment vous est venu ce projet ?

J’y ai pensé il y a plus ou moins 2 ans mais je ne connaissais pas ce genre de forum et je n’avais pas trouvé dans mon entourage quelqu’un motiver pour le dessiner…

-   Parlez-nous un peu de  la façon dont vous allez traiter vos personnages

Lahib : « la flamme » en arabe. 1M85, très fin, peau basané. Une grande gueule, maladroit, téméraire et trop sûr de lui,  toujours prompt à draguer le sexe opposé, il n’a pas la moindre idée de l’effet que procure le « oui » féminin. Il s’acharne à donner l’impression d’un dur à cuir au cœur de pierre mais trahit souvent sa personnalité sensible (ex : Saddaka)

Hasis : « l’herbe » en arabe. 1M90, très fin, peau noir. Un monument de calme et de sérénité, avec un don pour mettre tout le monde d’accord d’une phrase calme et concise. Il a un grand succès auprès des femmes, il le sait, et n’en joue même pas, ce qui a pour don de mettre Lahib hors de lui. Il parle peu et rit souvent.

Lahib et Hasis se battent tout les 2 avec un sabre court et un long javelot (près de 2M, la lame
constitue la moitié du javelot) et fume l’herbe comme on respire…

Guss : en référence à Carl Friedrich Gauss, « le prince des mathématiciens ». Un gamin naïf et surdoué dans un corps de brute… Malgré son apparence, il est très peureux et bienveillant. Il a était éduqué par un des derniers savants vivants, qui a vu en lui un grand potentiel et lui a enseigné tout ce qu’il pouvait, avant d’être enlevés par des Yajuu pour servir les intérêts des dômes. Guss parle une dizaine de langues et dialectes et à des connaissances solides sur presque toutes les sciences connues…

Souk : De Sükh, prénom mongol qui signifie « direction », c’est masculin normalement mais fuck off^^ . Une jeune fille d’apparence asiatique, mystérieuse et colérique, volontiers violente quand on l’agace… Elle est très belle et impressionne généralement le sexe opposé par son air froid. Armés d’un fusil ou d’un arc, elle est d’une précision effrayante.

Saddaka : … Ben,... C’est un bélier quoi…  Un gros bélier…BÊÊÊÊÊÊÊ^^

-   Quel schéma suivra l'intrigue ?
-   
Dans un premier temps, je ne sais pas quelle est la meilleure façon de gérer l’intro… Ne serait-ce que pour la résumer c’est déjà long à l’écrit, alors en dessins je ne sais pas trop, sûrement poser les bases et amené les éléments de l’histoire au fur et à mesure pour que ça ne soit pas trop lourd… Sinon c’est d’abord un court passage entre le clan Jamm et le chimbo, la rencontre avec guss et Souk et la un passage un peu plus long (et plus riche en péripéties) jusque Al-Nour. À ce moment l’histoire prend un second souffle (quand ils arrivent à Al-Nour) et redémarre, l’objectif devenant : casser du Roshbill ! ^^ C’est sûrement très flou à comprendre, désolé d’avance…

-   Quelles sont les thématiques que vous souhaitez aborder ?

Amener le lecteur à avoir une réflexion sur nos modes de vies actuelle… Je pense que le sous-texte est évident : Les Roshbill représente les élites oligarques et pourries jusqu’à l’os qui le tiennent le haut du pavé (d’ailleurs me suis inspiré du nom Rotshild, ces immondes fils de… Ok, je m’égare^^), les dômes sont nos sociétés complétement centrée sur elles-mêmes et leurs intérets, au mépris de tout le reste. Les Yajuu sont ces gens complètements barjes, qu’on voit à la télé ou qu’on rencontre et qui nous font nous dire « Merde ! Le monde va mal… ». Et la vie sous les dômes n’est rien d’autre que des dérives que l’on connaît déjà en très exagéré (et peut-être pas tant que ça…).

-   Quelles sont vos inspirations ?

Imaro de Charles Saunders (notamment pour le chimbo et les armes utilisés par Lahib et Hasis, inspiré du simi et de l’arem Ilyassaï), Desert Punk, Le papillon des étoiles de Bernard Werber « L’homicide volontaire » du groupe assassin, Matrix premier du nom, Parker Lewis ne perd jamais (no comment), One Piece et sûrement plein d’autres, ce n’est pas une liste exhaustive…

-   Quel est le ton que vous voulez donner a votre manga ?

Mélanger une ambiance glauque et un peu oppressante pour souligner le côté post-apocalyptique, un humour absurde et décalé que je considére comme propre au manga (pourquoi pas aller dans l’humour un peu noir…) et des combats épiques…

-   Un petit mot pour vos futurs lecteurs.

N’hésitez pas à me faire des critiques sincères et constructives et si vous êtes intéressé par ce projet, faites le moi savoir ;).

PEACE
IP archivée
L'art, c'est la liberté et la liberté, par définition, ÇA NE SE VEND PAS.
  • Partenaires

  • bot
Re : Dome E-Nation
« Réponse #1 le: 27 décembre 2013, 08:40:15 pm »

Tomahawk

  • Membre Senior
  • *****
  • Points de coopération: +32/-20
  • Messages: 553
  • Brrraaaaa!!!!!
Re : Dome E-Nation
« Réponse #1 le: 27 décembre 2013, 08:40:15 pm »
ça sent le rebelle de la quenelle tout ça XD Mais c original et à part Dune, j'ai rarement vu des références à la culture arabe dans une oeuvre de fiction... ce synopsis est un bon point de départ, écris les dialogues car tes personnages sont assez originaux!^^
 

Manga amateur SMF 2.0.13 | SMF © 2011, Simple Machines