Bienvenue, Invité! Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Inscris-toi sur le Forum Manga sans Frontieres !

Publie ta bande dessinee
Participe aux concours et gagne des cadeaux
Accede au tchat de manga sans frontieres
Ouvre gratuitement un blog de manga sur Manga sans Frontieres
Participe aux livestream des membres

Auteur Sujet: Tuto colo sur Photoshop  (Lu 2297 fois)

Tsou

  • Modérateur
  • Membre Senior
  • *******
  • Points de coopération: +2/-0
  • Messages: 659
    • WWW
Tuto colo sur Photoshop
« le: 23 juillet 2013, 04:18:39 pm »
Yopalafraise à tous, voilà un ptit article écrit rapidement pour aller avec une vidéo que j'ai concoctée vu que j'ai "livé" une de mes récentes colos.
Ça m'a donné une idée pour un second article plus centré sur les "retouches secondaires" qu'on peut appliquer à sa colo en la terminant. Textures, effets, tout ça, bref, je verrai quand j'aurai le temps de faire ça.
C'est un chouïa long, mais bon... c'est un gros morceau d'apprendre la colo digitale quand même... Il manque encore les images.




Le noir et blanc vous déprime, vous en avez marre des trames,  vous voulez être ébloui, que ça pétille de tous les côtés ?
Ce tutorial vous propose d’apprendre une technique de coloration sous Photoshop, accessible aux débutants et toujours enrichissante pour les plus confirmés. Ouvrez bien les yeux, l’été est arrivé, et vous allez en voir de toutes les couleurs !

Cet article est construit en parallèle avec la vidéo suivante, vous pourrez vous y référer pour mieux comprendre certaines explications:



0. Quelques astuces
Avant de nous lancer dans la colo en elle-même, il est intéressant de prendre le temps d’apprendre quelques raccourcis de Photoshop, utiles pour n’importe quelle manipulation. Nous nous concentrerons sur ceux qui vous serviront durant le processus de mise en couleurs :

- Les outils :

   B : Pinceau
   ALT (avec l’outil pinceau) : Pipette
   E : Gomme
   L : Lasso

- Les manipulations :
   CTRL + U : modifier la teinte, la saturation et la luminosité
   Clic droit (avec l’outil pinceau) : modifier le diamètre et la dureté du pinceau   
   Double clic sur un calque : accès aux options de fusion
   R : rotation de la zone de travail
   CTRL+Z : retour arrière
   CTRL+ALT+Z : retour arrière multiple
   X : inverser la couleur

Il est conseillé de se munir d’une tablette graphique pour obtenir une meilleure qualité dans vos mises en couleurs. Vous pouvez évidemment obtenir un bon résultat à la souris, mais la technique sera alors autre. Ce tutorial se focalise sur la mise en couleurs avec tablette graphique.

1. Base, aplats

Le line : il s’agit de la base, le dessin à mettre en couleurs. Il doit être relativement propre : c’est une sorte d’encrage, venant après le brouillon. Si vous mettez en couleurs un dessin encré de manière traditionnelle, n’oubliez pas de le cleaner auparavant.
Pour un « encrage » sur Photoshop, vous pouvez vous servir de l’outil pinceau. N’oubliez pas de régler l’épaisseur du trait de celui-ci sur la pression du stylet. (IMAGE)
Créez un calque au-dessus de votre brouillon, et donnez-vous-en à cœur joie. N’hésitez pas à créer plusieurs calques si besoin (zone plus difficile à encrer, superposition d’éléments, …), et à les regrouper par la suite dans un groupe.
D’autres techniques existent (plume, …), mais il ne s’agit pas de l’objet de ce tutorial. Si vous vous posez des questions sur cette étape, n’hésitez pas à nous rejoindre sur le forum d’MSF pour profiter des conseils de la communauté !
Le calque/groupe du line sera placé au-dessus de tous les autres calques (excepté ceux de certaines lumières), en mode produit (ou multiply).

Les aplats : il s’agit ici d’appliquer les couleurs basiques de chaque élément. Créez un groupe de calques en-dessous de celui du line. Vous pouvez le laisser en mode normal. Ensuite, créez un calque à chaque nouvel élément que vous coloriez (par exemple, un calque pour la peau, un pour les cheveux, etc). Ainsi, si vous voulez par la suite modifier la couleur d’un seul élément, utilisez le raccourci CTRL + U et jouez avec la teinte, la saturation et la luminosité de votre couleur. (IMAGE)
A condition que votre line présente des zones fermées, vous pouvez les remplir facilement en utilisant la baguette magique, en sélectionnant la zone (en vous plaçant sur le calque du line), puis en utilisant le pot de peinture.
Vous pouvez également remplir les zones à l’aide du pinceau.

2. Ombres basiques

C’est ici que la colo démarre réellement ! Durant cette étape vont prendre forme les volumes principaux de votre dessin. C’est ici que vous allez peut-être vous rendre compte que vous ne visionnez pas bien dans l’espace ce que vous représentez, et c’est en général pour cette raison que les colos peuvent sembler « plates » et manquer de profondeur. C’est bien quelque chose à éviter ! Si vous bloquez là-dessus, il vaut peut-être mieux vous entraîner à comprendre les volumes que vous représentez (qu’il s’agisse d’objets ou du corps humain) avant de vous lancer dans la mise en couleurs. Encore une fois, la communauté de MSF pourra certainement vous conseiller dans cet entraînement via le forum.

Quoi qu’il en soit, créez avant tout un groupe de calque au-dessus de vos aplats (mais en-dessous du line) et passez-le en mode produit/multiply.
La première chose à faire : définir la source de lumière. Vous devrez la garder en tête durant tout le processus de mise en couleur. Vous pouvez la matérialiser sous forme d’une flèche (sur un calque séparé). Vous pourrez vous y référer à n’importe quel moment, ou la cacher si besoin est.

2.A Brouillon

Emparez-vous de l’outil pinceau, une couleur bleutée (il s’agit ici de mon goût personnel) et allez-y : gribouillez grossièrement les zones d’ombres, en fonction de la source de lumière et des volumes représentés. Ne vous attardez pas sur les détails, gardez autant que possible un aspect global et ne perdez jamais de vue la source de lumière. Ce n’est pas grave à cette étape si la couleur de l’ombre ne vous convient pas, nous la modifierons par la suite.

2.B Propre
Vous pouvez à présent affiner les zones d’ombres que vous avez définies à l’étape précédente. Ce processus peut être très pointilleux, mais encore une fois, ne perdez pas de vue la source de lumière !
Pour cette étape, il est conseillé d’utiliser l’outil pinceau et de régler la taille du trait sur la pression du stylet (voir 1. Line).
Faites attention aux ombres portées. Par exemple, si une mèche de cheveux est assez éloignée du tissu sur lequel elle projette une ombre, cette ombre ne sera pas proche de la mèche en question mais en sera éloignée. Il s’agit encore une fois de se représenter les volumes du dessin.
Si vous pensez avoir fini, vous pouvez passer à l’étape suivante, mais rien ne vous empêche de revenir par la suite pour affiner ou rectifier des détails.

2.C Changer la teinte

Vous allez à présent définir la teinte de l’ombre. Pour cela, utilisez le raccourci CTRL + U, et régler la teinte, la saturation et la luminosité de votre ombre (voir 1. Aplats). N’hésitez pas non plus à jouer sur l’opacité du calque d’ombres pour les rendre plus ou moins intenses.
Vous ne savez pas quelle teinte choisir ? Tout dépend de l’ambiance que vous voulez établir. S’il s’agit d’une ambiance froide, de type nuit, du bleu fera bien l’affaire ; pour une ambiance plus chaude, de type ensoleillée, une couleur chaude fera mieux l’affaire (rouge, orange, …).
Deux conseils à cette étape : n’hésitez pas à vous inspirer des coloristes que vous apprécier, à observer les teintes qu’ils utilisent, et à faire des expériences, quitte à changer plusieurs fois de teinte.

2.D Estomper
Voilà une étape un peu particulière, qui relève entièrement de mon goût personnel ! C’est une technique que j’ai développée en observant les mises en couleur de Paul Duffield (lien).
Tout d’abord, créez un masque de fusion sur votre calque d’ombres (image).
Ensuite, munissez-vous d’un pinceau diffus et de faible opacité (image).
Situez-vous bien sur le masque en cliquant dessus, puis peignez les bords de vos ombres. Le but est de les estomper.
Attention : ne les estompez pas trop ! Tout l’intérêt de la technique est de ne pas avoir un estompage systématique (qu’il ne soit donc pas le même partout). Garder des ombres plus ou moins « tranchantes » donne un résultat intéressant (en outre, cela vous permettra de bien vous exercer sur le placement des ombres, et à ne pas tricher en ne faisant que des ombres floues).

3. Ajouts

À ce point, la colo est déjà assez bien avancée, et les ombres principales sont placées. Le volume devrait déjà ressortir. Maintenant, il s’agit de peaufiner notre dessin.

3.A Lumières basiques
Créez un nouveau groupe de calques, situé au-dessus de tous les autres (calque line y compris), et créez un nouveau calque que vous laisserez en mode normal.
Prenez encore une fois un pinceau diffus et peu opaque. Prenez du blanc, ou une couleur claire (tout dépend de la couleur de la lumière qui émane de votre source), et éclaircissez les zones lumineuses principales.
N’hésitez pas à jouer avec l’opacité de ce calque vous obtenir un résultat qui vous convient.

3.B Ombres au pinceau

Retour au groupe de calques des ombres ! Créez un nouveau calque, au-dessus de l’autre calque d’ombres, et passez-le en mode produit/multiply.
A présent, prenez l’outil pinceau, et rendez-vous dans les options du brush (IMAGE). Rendez-vous dans l’onglet Transfert, et réglez l’opacité du pinceau sur la pression du stylet (IMAGE).
Vous pouvez maintenant définir une seconde couche d’ombres, plus foncées, qui donneront encore plus de volume à votre dessin. Encore une fois, ne perdez pas de vue la source de lumière.

3.C Traits
C’est ici également un ajout plus personnel à la colo. Il s’agit de définir plus fortement la lumière en l’appliquant par petits traits, plus intenses que les grandes zones définies précédemment.
Rendez-vous à nouveau dans le groupe de calques des lumières, et créez-y un nouveau calque, que vous passerez cette fois-ci en mode incrustation.
Munissez-vous du pinceau (vous pouvez garder la variation de l’opacité en fonction de la pression du stylet, mais ce n’est pas obligatoire, gardez ce qui sera le plus confortable pour vous). Prenez une couleur claire : soit du blanc, soit la même teinte que la zone où vous peindrez, mais d’une nuance plus claire et proche du blanc. Vous pouvez maintenant définir par traits les zones où la lumière se reflète plus fortement. Personnellement, j’aime renforcer les bords des ombres (voir vidéo).

3.D Rétro-éclairage

Cette étape est tout à fait optionnelle (comme la précédente, d’ailleurs). Mais, à mon goût, elle donne une ambiance et fait ressortir les ombres, alors je passe peu souvent à côté.
Toujours dans votre groupe des lumières, créez un nouveau calque en mode normal. Prenez un pinceau diffus de basse opacité, et sélectionnez une couleur de votre choix. Il s’agit en fait de définir une seconde source de lumière, d’une autre couleur que la première (a priori). Le choix de couleur dépend encore une fois de l’ambiance que vous voulez donner à votre dessin.
Définissez donc la seconde source de lumière puis peignez les zones qui y sont exposées. Vous pouvez également rendre la lumière plus intense en prenant un pinceau plus fin et moins diffus et peignant des traits sur les zones les plus claires.  Ensuite, n’oubliez pas d’effacer tout ce qui dépasse avec l’outil gomme.

4. Dernières retouches
Il s’agit ici d’appliquer différents effets, d’ajouter par exemple un fond si besoin est, d’ajouter des textures, dégradés, bref, tout un tas de choses qui n’entre que peu dans la colo « basique » et où chaque coloriste agit selon ses préférences.
Personnellement, j’aime particulièrement ajouter des textures à mes dessins, et j’ai dans ma poche d’autres effets (que j’utiliserai parcimonieusement cependant, pour que les effets n’empiètent pas sur l’image). Vous pourrez découvrir sous peu un second article exposant plusieurs pistes afin de vous donner quelques idées pour mieux « parfaire » vos mises en couleurs.

Voilà, c’est tout pour cette fois-ci ! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ou sur le forum MSF. Vous pouvez également nous y montrer vos colos afin de recevoir des conseils pour vous aider à progresser !


IP archivée
 

Manga amateur SMF 2.0.13 | SMF © 2011, Simple Machines